le blog de l'athénée

Ils bloguent pour l'Athénée
Coup de théâtre

Tu peux te brosser

Posté le : 14 mars 2016 06:15 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Travaux | + d'infos sur athenee-theatre.com

Athénée travaux Clémence Hérout

Les travaux parent l’Athénée de voiles nuageux,

Athénée travaux Clémence Hérout

quand ce n’est pas d’une mer huileuse.

Athénée travaux Clémence Hérout

Si l’on entrevoit une porte de sortie

Athénée travaux Clémence Hérout

Athénée travaux Clémence Hérout

ou la lumière du jour perçant par les planchers à claire-voie,

Athénée travaux Clémence Hérout

on veille où l’on pose ses pieds de peur de se faire serrer la vis, 

Athénée travaux Clémence Hérout

ou de se retrouver chez les blouses blanches après une chute. 

Athénée travaux Clémence Hérout

On essaie parfois d’espionner,

Athénée travaux Clémence Hérout

pour finalement se heurter à un mur, même en démolition.

Athénée travaux Clémence Hérout

Au final, ce qu’on a gagné à traîner ses guêtres sur le chantier, c’est de pouvoir aller se rhabiller.

 

Clémence Hérout

Coup de théâtre

C'est à la folie des hommes qu'il faut s'en prendre

Posté le : 23 nov. 2015 10:10 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Travaux | + d'infos sur athenee-theatre.com

Il y a quelques jours, j’ai rouvert le Dictionnaire philosophique de Voltaire. L’ouvrage est paru en 1764, mais son article sur le fanatisme, à l’heure de Beyrouth, Paris, Bamako ou la Syrie, semble avoir été écrit hier :

 

« Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend ses songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un fanatique novice qui donne de grandes espérances ; il pourra bientôt tuer pour l’amour de Dieu. [...]

Il y a des fanatiques de sang-froid : ce sont les juges qui condamnent à la mort ceux qui n’ont d’autre crime que de ne pas penser comme eux ; et ces juges-là sont d’autant plus coupables, d’autant plus dignes de l’exécration du genre humain, que, n’étant pas dans un accès de fureur [...], il semble qu’ils pourraient écouter la raison.
Il n’est d’autre remède à cette maladie épidémique que l’esprit philosophique, qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les mœurs des hommes, et qui prévient les accès du mal ; car dès que ce mal fait des progrès, il faut fuir et attendre que l’air soit purifié.
Les lois et la religion ne suffisent pas contre la peste des âmes ; la religion, loin d’être pour elles un aliment salutaire, se tourne en poison dans les cerveaux infectés. Ces misérables ont sans cesse présent à l’esprit l’exemple d’Aod qui assassine le roi Églon ; de Judith qui coupe la tête d’Holopherne en couchant avec lui [...], etc. Ils ne voient pas que ces exemples, qui sont respectables dans l’Antiquité, sont abominables dans le temps présent : ils puisent leurs fureurs dans la religion même qui les condamne.
Les lois sont encore très impuissantes contre ces accès de rage : c’est comme si vous lisiez un arrêt du conseil à un frénétique. Ces gens-là sont persuadés que l’esprit saint qui les pénètre est au-dessus des lois, que leur enthousiasme est la seule loi qu’ils doivent entendre.
Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? Lorsqu’une fois le fanatisme a gangrené un cerveau, la maladie est presque incurable. [...]

Ce sont presque toujours les fripons qui conduisent les fanatiques, et qui mettent le poignard entre leurs mains ; ils ressemblent à ce Vieux de la montagne qui faisait, dit-on, goûter les joies du paradis à des imbéciles, et qui leur promettait une éternité de ces plaisirs dont il leur avait donné un avant-goût, à condition qu’ils iraient assassiner tous ceux qu’il leur nommerait. 

Il n’y a eu qu’une seule religion dans le monde qui n’ait pas été souillée par le fanatisme, c’est celle des lettrés de la Chine. Les sectes des philosophes étaient non seulement exemptes de cette peste, mais elles en étaient le remède ; car l’effet de la philosophie est de rendre l’âme tranquille, et le fanatisme est incompatible avec la tranquillité.
Si notre sainte religion a été si souvent corrompue par cette fureur infernale, c’est à la folie des hommes qu’il faut s’en prendre. »

Dictionnaire philosophique, Voltaire, 1764

 

J’espère que les événements nous laisseront parler davantage de l’Athénée la semaine prochaine : car les travaux se mettent en place doucement, mais sûrement !

Bonne semaine.

Clémence Hérout

Coup de théâtre

Vous êtes toujours là ?

Posté le : 28 sept. 2015 07:00 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Travaux | + d'infos sur athenee-theatre.com | Equipe

Cette année, l’Athénée envoie du lourd. Des gravats, par exemple.

Car je rappelle à ceux qui n’ont pas suivi (ah bah BRAVO !) que l’Athénée est fermé cette saison pour travaux.
La façade sera restaurée, le plateau renforcé, la fosse d’orchestre transformée, l’accessibilité pour les personnes souffrant de handicap(s) développée, les fauteuils rembourrés et retapissés, la visibilité de certaines places corrigée, la ventilation améliorée, les peintures rafraîchies et la sécurité renforcée.

Le programme a l’air très chargé comme ça, mais en fait, rien n’a commencé. Enfin, si, mais ce n’est pas photogénique : en fait, cela fait des années que l’équipe de l’Athénée prépare ces travaux. Il a fallu y penser, les imaginer, les concevoir, les planifier, les financer, les faire autoriser, les concilier avec l’activité du Théâtre, les annoncer...

Aujourd’hui, les budgets sont réunis, les autorisations obtenues et le projet finalisé. La grande majorité de l’équipe du Théâtre est au chômage technique pendant plusieurs mois : ne restent dans les murs que sept personnes pour assurer la maîtrise d’ouvrage (auxquelles il faut ajouter Le Tone et moi-même pour le blog, mais on ne sert à rien sur les travaux eux-mêmes, vous l’aurez deviné).

Nous nous trouvons actuellement dans la phase des appels d’offres : les entreprises avaient jusqu’à la semaine dernière pour se porter candidates, et celles qui réaliseront les travaux seront choisies sous peu pour un démarrage effectif du chantier avant la fin d’année.

Quand je suis passée à l’Athénée la semaine dernière, l’ambiance était donc forcément, euh... Bon, y avait pas vraiment d’ambiance. On entend l’écho de ses pas dans l’escalier, il fait froid, la scène et la salle sont plongées dans le noir total, les loges ne servent à rien et les deux tiers des bureaux sont fermés. J’ai essayé d’enregistrer le son du Théâtre, pour vous le faire écouter : on n’entend tellement rien qu’on a l’impression que j’ai oublié d’appuyer sur “record”.

On croise quand même Patrice, directeur, Christine, directrice adjointe, Dominique, directeur technique, Julie, assistante de direction, Mano, régisseuse générale, Patricia, comptable, et Élisabeth, à l’accueil. Ça rigole toujours pas mal, parce qu’on est à l’Athénée quand même, mais l’humeur est surtout à l’ennui l’attente.

“— Bon, de toute façon, c’est bientôt le week-end...
— On est mardi, là.
— ........... Et merde. ”

(Dialogue véridique)


Coincés dans la phase inévitable de l’expectative, on a surtout hâte que ça commence -je ne suis pas certaine qu’on sera toujours aussi contents à l’arrivée des marteaux-piqueurs, mais je fais peut-être du mauvais esprit.

J’espère bien que vous serez là pour nous suivre! Pendant les travaux, le blog reste ouvert. Vous recevrez de mes nouvelles chaque semaine, et un dessin de Tone une fois par mois. N’hésitez pas à nous envoyer un petit mot de soutien ici : http://blog.athenee-theatre.com/index.cfm/2015/9/28/Vous-tes-toujours-l#comments.

À la semaine prochaine !


Clémence Hérout

Coup de théâtre

Mais qu'est-ce que c'est

Posté le : 17 juin 2015 05:19 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : La Métamorphose

 

Athénée - Métamorphose Clémence Hérout

Athénée - Métamorphose Clémence Hérout

La Métamorphose par Le Balcon est un spectacle intrigant...

Athénée - Métamorphose Clémence Hérout

Pour comprendre à quoi correspondent ces détails, vous avez jusqu’à ce soir !

Clémence Hérout

voir plus de billets