le blog de l'athénée

Ils bloguent pour l'Athénée
Pleins feux

Le couple de la danse

Posté le : 19 janv. 2017 15:52 | Posté par : Le Tone
Catégorie : Danza macabra | + d'infos sur athenee-theatre.com


 
 
 

Pleins feux

Un Lundi Charmant

Posté le : 17 janv. 2017 16:30 | Posté par : Le Tone
Catégorie : Histoires naturelles | + d'infos sur athenee-theatre.com


 
 
 
 

Pleins feux

L'île des rêves exaucés et déçus

Posté le : 07 déc. 2016 15:25 | Posté par : Le Tone
Catégorie : L'Île du rêve | + d'infos sur athenee-theatre.com


 
 
 
 
 
 

Pleins feux

Champaaaaaaagne !!!

Posté le : 24 sept. 2016 08:00 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Symphonie fantastique | + d'infos sur athenee-theatre.com

Quand je suis passée à l’Athénée hier, Florent Derex du Balcon « cherchait ses petits ».

(excusez-moi)


Bon en fait, les petits de Florent, c’est plutôt ça :


Ou ça.


 
Parce que Florent Derex s’occupe de la projection sonore de La Symphonie fantastique :


dans la version du Balcon recréée par Arthur Lavandier (si vous avez raté un épisode, c’est par là), chaque musicien est en effet sonorisé individuellement.


 
Le violoncelle n’a pas le même micro que le piano, qui n’a pas le même micro que la trompette, qui n’a pas le même micro que la clarinette.
Les micros choisis par Florent et son équipe dépendent de l’instrument, mais aussi de sa place dans l’orchestre et des instruments autour : il y a évidemment des micros plus adaptés à la voix et d’autres aux timbales, et chaque micro possède sa directivité (entre autres, parce qu’on m’a sans doute épargné beaucoup de détails à base de courbe de réponse en fréquence et de pression acoustique), c’est-à-dire que l’un va capter le son à l’avant mais pas à l’arrière, l’un uniquement sur ses côtés, l’autre sur 360 degrés…


C’est ainsi que, lorsque Florent sonorise une trompette, il fera en sorte que le micro ne capte pas le son du tuba avec.


  

Le son enregistré de chaque instrument est évidemment rediffusé dans la salle : vous verrez donc ces deux lines array en haut de la cage de scène, que l’on réserve habituellement plutôt aux concerts de rock.


 
Il s’agit d’enceintes empilées qui envoient le son frontalement et non en sphère. La forme en grappe permet de couvrir la salle de manière homogène, ce qui n’est pas évident dans un théâtre à l’italienne.

Si vous êtes observateur, vous apercevrez aussi dans la salle une multitude de petites enceintes très discrètes, parce qu’elles sont assorties au théâtre : elles diffusent de la réverbération qui vous enveloppera dans le son.
 


 
Quant à Augustin Muller, qui porte un tee-shirt « j’aime beaucoup ce que vous faites », il est en charge de l’informatique musicale : c’est lui qui intervient dès qu’il y a besoin d’informatique dans la musique (vous êtes bien avancés). Il est créateur sonore et responsable des spatialisations sonores complexes. Pour La Symphonie fantastique, il est intervenu sur les effets sonores et les sons de synthétiseurs.
 


Sinon, il faut vous imaginer que, pendant toute cette conversation, on a vu un fleuriste se balader avec des bouquets de fleurs, Aline épousseter la balustrade, Dominique passer les sièges en revue, un peintre faire les dernières retouches pendant qu’un autre terminait les indications, et des ouvriers accrocher la signalétique.



 
 
 
 

Mais on sera prêts pour vous accueillir ce soir, en espérant que vous resterez aussi après le concert pour la fête orchestrée par Le Balcon : à ce soir pour notre réouverture fantastique !
 
Clémence Hérout

voir plus de billets