J'ai vingt ans

La semaine dernière, c'était la présentation de saison à l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet : Patrice Martinet, directeur de l’Athénée, décrivait au public présent les spectacles qui allaient composer la saison de l’Athénée à partir de septembre prochain.

Il se trouve que l’année 2013 représente également une date anniversaire : Patrice Martinet dirige le Théâtre depuis vingt ans !

Patrice Martinet - 20 ans (c) Clémence Hérout

Le jour de la présentation de saison, tous les membres de l’équipe de l’Athénée portaient un badge
sauf Patrice qui en avait deux, indiquant : “j’ai 20 ans”.

 

C’est ainsi qu’après la présentation de saison, le public et l’équipe l'attendaient pour une petite surprise que Patrice découvrit en sortant de scène :  

Athénée 20 ans de Patrice Martinet



Groupés autour d’une pièce montée de macarons, les spectateurs et membres de l’équipe ont ainsi entonné ensemble une chanson d’anniversaire, suivie d’un bref discours de remerciement où Patrice Martinet exprima son émotion d’être fêté à la fois par son équipe et son public.
Il nous assura ensuite que cet épisode figurerait dans ses mémoires, au cas où il les écrirait un jour (on prend note) avant de convier tout le monde à boire une coupe de champagne –parce que c’est toujours embarrassant de boire tout seul face à une centaine de personnes qui vous fixent.

La vidéo dure une minute et peut être regardée ci-dessous ou sur Youtube : http://youtu.be/3bzBY3UWc4E.


Pour découvrir la saison prochaine, vous pouvez aller sur le site de l’Athénée, où vous trouverez également le petit film coréalisé pour l’occasion par mon camarade Le Tone.
Et pour rire un peu, la vie d’un théâtre en image, un petit site animé conçu par l’équipe de la communication de l’Athénée pour célébrer cet anniversaire.

Bon mercredi !


Clémence Hérout


Silence dans les couloirs !

La première d’Ariadne auf Naxos a eu lieu hier soir dans un Athénée survolté (sur scène et dans la salle) : pour voir cet opéra de Strauss dans une version mise en espace par Le Balcon et Benjamin Lazar, c’est jusqu’à la fin de cette semaine !

Mais ce soir, le spectacle laisse la place à la présentation de la saison 2013-2014 : à partir de 18h30, Patrice Martinet, directeur de l’Athénée, vous parlera des spectacles qui se joueront à l’Athénée à partir de septembre prochain.

Le Tone, mon camarade de blog, a réalisé avec Maris un film qui accompagnera cette présentation de saison.

Je les ai suivis avec un micro dans la préparation de ce film : dans l’extrait sonore que je vous propose, on les entend mettre sur pied l’interview en vidéo-conférence d’une metteure en scène.

Le reportage sonore dure moins de trois minutes et peut s’écouter ci-dessous ou à ce lien.

 


À ce soir pour découvrir le film et la prochaine saison !


Clémence Hérout


Radio libre

Qu’entend-on dans les coulisses du Prix des boîtes avant une représentation ?

L’équipe technique qui travaille, les mouvement du rideau de métal du fond de scène, des manivelles, une perceuse, une histoire de banane, des essais son qui font retentir brusquement la musique du spectacle et des portes qui claquent.


Pour écouter un concentré de la bande-son des coulisses du Prix des boîtes, c’est dans cette vidéo d’une minute et demie:


Si vous ne voyez pas la vidéo, c’est ici sur You Tube.



Le Prix des boîtes écrit par Frédéric Pommier et mis en scène par Jorge Lavelli se joue à l’Athénée jusqu’au 13 avril !



Clémence Hérout


Très cher pommier

Vous connaissez peut-être déjà Frédéric Pommier, ou au moins sa voix. Chroniqueur sur France Culture et France Inter (auparavant à la revue de presse, aujourd’hui auteur de feuilletons comme 18 bis boulevard Hache-Cœur ou de la chronique Le Gimmick du vendredi matin), Frédéric Pommier a écrit son premier texte de théâtre, Le Prix des boîtes.

Vous pourrez découvrir Le Prix des boîtes en mars-avril à l’Athénée. En attendant, Frédéric Pommier a donné une lecture du premier acte de sa pièce lors du salon Spectaculaire, un événement dédié aux sorties culturelles qui a eu lieu à Paris il y a quelques semaines.

 

 

Salon Spectaculaire
Parelle, stagiaire à l’Athénée, au stand du théâtre au salon Spectaculaire (Paris 19e)



Le Prix des boîtes raconte l’histoire de deux sœurs, la petite et la grande. Le titre fait référence au coût des boîtes de la nourriture qu’elles doivent acheter pour leurs chats.

Extrait de cette lecture par Frédéric Pommier lui-même. Nous sommes à la scène 2 de l’acte 1.
On y entend parler d’une mousse au chocolat assez ratée pour décaper un évier, d’un cancer du sein, et de trois chats dont le premier s’appelle La Rouquette et le deuxième Gratou (on apprend dans l’extrait la caractéristique du troisième à défaut de savoir son nom).

La vidéo dure deux minutes. Comme vous le verrez au tremblement de l’image, nous sommes sur une péniche (mais à part Gratou, personne n’a vomi)

 

Si vous ne voyez pas la vidéo, vous pouvez la regarder en cliquant ici

 

 


Rendez-vous au printemps pour Le Prix des boîtes! En attendant, on peut voir Oncle Vania et La Mouette mis en scène par Christian Benedetti à l’Athénée.

 

Clémence Hérout


Lili

En 2003, le cinéaste Claude Miller adapte La Mouette de Tchekhov au cinéma sous le titre La Petite Lili. Si l’adaptation du texte est très libre, l’esprit de Tchekhov n’en est pas moins parfaitement restitué.

Je vous parlais la semaine dernière d’une scène centrale dans La Mouette de Tchekhov où le jeune écrivain Treplev présente à sa famille une pièce qu’il a écrite, interprétée par Nina, qui rêve d’être actrice.
Déçu par les réactions de son public et en particulier de sa propre mère, Treplev sortira profondément blessé de cette soirée.

Voici cette scène revue par Claude Miller : Treplev n’est plus un écrivain mais un cinéaste qui montre son court-métrage expérimental où apparaît Nina (qui rêve toujours d’être actrice, mais plutôt au cinéma).
La mère de Treplev devient une actrice de cinéma célèbre, compagne d’un réalisateur qui l’est tout autant –chez Tchekhov, la première est actrice de théâtre, le second écrivain, tous deux très connus.
On reconnaît également les autres personnages qui entourent les protagonistes : Macha, amoureuse en secret de Treplev, l’oncle de Treplev, le médecin ami de la famille, etc.

Les prénoms des personnages de Tchekhov ont été modifiés par Claude Miller.
Treplev, joué par Robinson Stevenin, s’appelle Julien.
Interprétée par Ludivine Sagnier, Nina s’appelle Lili.
Nicole Garcia, la mère de Treplev-Julien, s’appelle Mado, et son amant, Bernard Giraudeau, Brice.


Voici l’extrait, qui dure sept minutes. On y voit la famille de Treplev-Julien rejoindre la grange où se déroulera la projection, puis la projection du court-métrage elle-même interrompue par son auteur, excédé par les réactions de sa mère.


Si vous ne voyez pas la vidéo, vous pouvez la regarder directement sur YouTube.

 



La Mouette de Tchekhov se joue en alternance avec Oncle Vania, tous deux mis en scène par Christian Benedetti, pendant encore deux semaines.

Plus de billets

BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner