L'amour désintéressé

Si vous avez bien suivi, vous savez que j’entretiens une histoire d’amour passionnée, purement photographique et non-réciproque avec le lustre de la grande salle.

Conçu par Christophe Ouvrard, le décor de The Consul offrait ainsi de belles possibilités en termes de reflet et jeu de transparence :

Athénée The Consul reflet

Athénée The Consul lustre

Athénée The Consul lustre

Le blog prend ses vacances de la Toussaint et sera de retour le 27 octobre. La Danse du diable de Philippe Caubère se jouera à partir du 4 novembre !


Clémence Hérout


C'était LUNDI

gffd

gfd
gfjj§


Il pleut des Kinder

Hier soir, c’était la première de l’opéra The Consul à l’Athénée. Quelques heures avant la représentation, en passant dans les couloirs, on pouvait voir ça devant les portes de chaque loge :

 

 


(Mon Dieu, mais ces photos sont pourries ! Désolée, elles ont été prises avec un téléphone) 

Aucun des membres de l’équipe administrative et technique que j’ai interrogés n’a pu apercevoir le mystérieux livreur de chocolats, qui a manifestement agi en toute discrétion. Même Mano, qui a pourtant son bureau juste devant un couloir de loges.

Et comme nous sommes tous très honnêtes, nous nous sommes retenus tout l’après-midi de piquer ces Kinder destinés aux artistes.

D’après Andrea qui travaille au Théâtre, le chocolat n’est pas toujours recommandé pour les cordes vocales des chanteurs, ce qu’a confirmé Amandine après une rapide recherche sur internet. Du coup, Patricia se demande si le lutin à Kinder n’a pas plutôt tenté de donner dans le sabotage.

Si c’est le cas, cela ne s’est pas entendu. À croire que les chanteurs de The Consul ont des cordes vocales résistantes. Ou qu’ils ont mangé leurs Kinder après la représentation.

Hier soir, on a aussi entendu l'alarme incendie de l'Athénée suite à un petit problème de cuisson au bar, ou aperçu ce panneau dans le foyer des comédiens :

Il vous reste trois possibilités d’aller voir The Consul ! Demain soir, samedi soir et dimanche à 16 heures.

Bonne journée

Clémence Hérout


Artavazd, Ainhoha, Inaki et les autres

Vendredi dernier, nous avons rencontré l’équipe de The Consul, l’opéra qui commence demain à l’Athénée.

Comme souvent avec les productions musicales, il y avait beaucoup de monde. En vrac, on a vu :

Douze chanteurs

Une vingtaine de musiciens

Une metteuse en scène, un scénographe, un vidéaste, un créateur de lumières, un régisseur...

Un tromboniste qui cherche un clic-clac.

Une chanteuse qui s’appelle Ainhoha et qui vient jouer pour la quatrième fois à l’Athénée (vous l’avez peut-être vue dans La Cour du Roi Pétaud, Les Brigands et La Carmencita).

Un chef d’orchestre espagnol qui a un prénom à consonance japonaise et un physique de Danois.

Des jeunes figurants, élèves au lycée Montesquieu d’Herblay.

Un chanteur interprétant le magicien et qui porte le prénom parfait pour le rôle : Artavazd.

Vincent, le directeur du Théâtre d’Herblay qui a coproduit The Consul.

Bérénice, la metteuse en scène qui nous a raconté sa première venue à l’Athénée : c’était en 1993, elle avait dix-sept ans, elle venait voir Ondine, et elle a espéré y revenir un jour, mais en tant qu’artiste. Son rêve s’est désormais réalisé, puisque l’opéra The Consul se jouera de demain à dimanche !

Bonne journée

Clémence Hérout


Et bim

L’Athénée est un vénérable théâtre. Âgé de presque cent vingt ans, il a connu des guerres, des émeutes, des travaux de rénovation, de nombreux directeurs et des milliers de spectateurs.

Il a survécu à tout. Tout ? Non ! Car un spectateur doté d’irréductibles bras résiste encore et toujours à la grande douceur :

Athénée trou mur porte



C’est vrai que les portes permettant d’accéder à la salle ne sont pas pratiques, mais le mur, lui, ne vous a rien fait. Merci pour lui.

Bon mercredi !

Clémence Hérout

Plus de billets

BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner