Vous êtes toujours là ?

Cette année, l’Athénée envoie du lourd. Des gravats, par exemple.

Car je rappelle à ceux qui n’ont pas suivi (ah bah BRAVO !) que l’Athénée est fermé cette saison pour travaux.
La façade sera restaurée, le plateau renforcé, la fosse d’orchestre transformée, l’accessibilité pour les personnes souffrant de handicap(s) développée, les fauteuils rembourrés et retapissés, la visibilité de certaines places corrigée, la ventilation améliorée, les peintures rafraîchies et la sécurité renforcée.

Le programme a l’air très chargé comme ça, mais en fait, rien n’a commencé. Enfin, si, mais ce n’est pas photogénique : en fait, cela fait des années que l’équipe de l’Athénée prépare ces travaux. Il a fallu y penser, les imaginer, les concevoir, les planifier, les financer, les faire autoriser, les concilier avec l’activité du Théâtre, les annoncer...

Aujourd’hui, les budgets sont réunis, les autorisations obtenues et le projet finalisé. La grande majorité de l’équipe du Théâtre est au chômage technique pendant plusieurs mois : ne restent dans les murs que sept personnes pour assurer la maîtrise d’ouvrage (auxquelles il faut ajouter Le Tone et moi-même pour le blog, mais on ne sert à rien sur les travaux eux-mêmes, vous l’aurez deviné).

Nous nous trouvons actuellement dans la phase des appels d’offres : les entreprises avaient jusqu’à la semaine dernière pour se porter candidates, et celles qui réaliseront les travaux seront choisies sous peu pour un démarrage effectif du chantier avant la fin d’année.

Quand je suis passée à l’Athénée la semaine dernière, l’ambiance était donc forcément, euh... Bon, y avait pas vraiment d’ambiance. On entend l’écho de ses pas dans l’escalier, il fait froid, la scène et la salle sont plongées dans le noir total, les loges ne servent à rien et les deux tiers des bureaux sont fermés. J’ai essayé d’enregistrer le son du Théâtre, pour vous le faire écouter : on n’entend tellement rien qu’on a l’impression que j’ai oublié d’appuyer sur “record”.

On croise quand même Patrice, directeur, Christine, directrice adjointe, Dominique, directeur technique, Julie, assistante de direction, Mano, régisseuse générale, Patricia, comptable, et Élisabeth, à l’accueil. Ça rigole toujours pas mal, parce qu’on est à l’Athénée quand même, mais l’humeur est surtout à l’ennui l’attente.

“— Bon, de toute façon, c’est bientôt le week-end...
— On est mardi, là.
— ........... Et merde. ”

(Dialogue véridique)


Coincés dans la phase inévitable de l’expectative, on a surtout hâte que ça commence -je ne suis pas certaine qu’on sera toujours aussi contents à l’arrivée des marteaux-piqueurs, mais je fais peut-être du mauvais esprit.

J’espère bien que vous serez là pour nous suivre! Pendant les travaux, le blog reste ouvert. Vous recevrez de mes nouvelles chaque semaine, et un dessin de Tone une fois par mois. N’hésitez pas à nous envoyer un petit mot de soutien ici : http://blog.athenee-theatre.com/index.cfm/2015/9/28/Vous-tes-toujours-l#comments.

À la semaine prochaine !


Clémence Hérout


Ça sent la fin ...

fgred

pourreutere
fdgpouurekjd
 
 

Où va-t-on ?

le balayeur

fsde
bbtt
lkjlj


Des couleurs ! des couleurs !

couelur1

dddsq
ccccxxxx


Décalé

Retour il y a tout juste trois ans, en mai 2012. Alors que je publie quotidiennement sur ce blog depuis quatre saisons et qu’une nouvelle se profile, je propose à l’Athénée de créer un binôme pour publier en alternance avec un.e illustrateur/trice.

Je n’ai pas d’idée précise en tête, mais Isabelle, secrétaire générale, pense rapidement à Tone : elle avait fait appel à lui pour réaliser la vidéo présentant la saison 2012-2013 avant de voir qu’il était aussi dessinateur.

Comme je trouve que Le Tone ne parle pas assez de lui sur ce blog, voici quelques informations plus ou moins exclusives:

Il ne veut pas qu'on connaisse son vrai prénom (même si moi, je le sais). Il a environ quarante ans et deux filles, et il habite à Paris. Il aime beaucoup tout ce qui permet de bouger et possède trop de trucs qui roulent pour que je puisse vous en dresser la liste avec certitude : je crois qu’il a une voiture, un scooter, un solex, un vélo, et ça ne m’étonnerait pas qu’il se déplace aussi en skate. Il aime bien raconter sa vie, il dessine sur les nappes quand on l’emmène au restaurant et il fume.
Il ne vient pas souvent à l’Athénée mais, quand il est là, on ne peut qu’admirer son look à la fois élégant et décalé à base de chaussettes à motif apparentes et de noeuds papillon.

“Décalé”, c’est souvent l’adjectif employé pour le décrire : musicien électronique, dessinateur, il a été rédacteur en chef d’un magazine consacré à la mobilité (voiture, moto, bateau....) et est depuis quelques mois le présentateur de la version française de l’émission Top Gear sur une chaîne de la TNT.
Si, comme moi, vous n’avez ni télévision ni voiture, vous n’avez vraisemblablement jamais entendu parler de Top Gear, une émission diffusée en Grande-Bretagne depuis 1977 et considérée comme une institution, à tel point que je ne comprends pas comment j’ai pu ne jamais en entendre parler avant.
Top Gear est un magazine automobile humoristique (bien que tout le monde n’ait pas l’air de s’accorder sur ce point) où il est question de voitures, mais à base de défis plus ou moins risqués, de courses et d’invités obligés de rouler en Renault Dacia -ce qui est particulièrement perfide quand on voit la tronche de la caisse.

Dans les quelques photos de lui que Le Tone m’a envoyées pour l’article, ma préférée est celle-ci :

Le Tone
(c) Péka Devé



Rendez-vous demain pour retrouver Le Tone en dessins !

Clémence Hérout

Plus de billets

BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner