Anti-théâtre

Réaliser trente films avant l’âge de trente ans : c’était le défi que s’était fixé Rainer Werner Fassbinder.

Né en mai 1945 en Allemagne, Rainer Werner Fassbinder est autant un homme de théâtre que de cinéma : il réalise son premier court-métrage à vingt ans puis fonde sa troupe théâtrale quelques années plus tard en la nommant l’Antiteater, ce qui parle de soi-même (oui même à vous, là dans le fond, qui n’avez jamais fait d’allemand).
Dynamitant les conventions théâtrales dans des représentations de textes classiques ou écrits par Fassbinder lui-même, l’Antiteater connaît vite la célébrité par ses spectacles provocants et iconoclastes.

Auteur de théâtre, acteur, metteur en scène, mais aussi scénariste, dialoguiste, monteur, réalisateur et acteur, Fassbinder a parfois adapté ses propres pièces au cinéma avec par exemple Les Larmes amères de Petra von Kant (1972), mais il faudra attendre le réalisateur français François Ozon en 1999 pour que ses Gouttes d’eau sur pierres brûlantes arrivent sur le grand écran.

S’il s’entoure de la même équipe fidèle, Fassbinder écrit la plupart du temps ses propres scénarii et dialogues et assure également le montage de ses films —quand il n’y tient pas un rôle, comme dans Prenez garde à la Sainte Putain ou L’Amour est plus froid que la mort.

Ours d’or au Festival du film à Berlin en 1982 pour Le secret de Veronika Voss, il est nommé dans la même catégorie ou à la palme d’or du Festival de Cannes pour Despair, Tous les autres s’appellent Ali ou Pourquoi Monsieur R. est-il atteint de folie meurtrière.

Fassbinder a relevé son défi de réaliser trente films avant 1975: mais s’il travaille en un temps record et nous laisse une quarantaine de films à sa mort en 1982 à l’âge de trente-sept ans, son œuvre n’est pas homogène pour autant.
Expérimentale et inégale, souvent pleine d’ironie, son œuvre cinématographique joue avec les stéréotypes autant artistiques que sociaux et s’inspire parfois de sa vie personnelle, comme Les Larmes amères de Petra von Kant, ou L’Année des treize lunes qui s’inspire du suicide de l’un de ses amis.
Inclassables, ses films abordent des thèmes aussi divers que l’Allemagne des années 1950, des conflits de classe, l’exploitation économique, la désillusion politique, le milieu homosexuel ou encore le dramaturge Jean Genet avec son dernier film, Querelle.

Sa pièce de théâtre Les Larmes amères de Petra von Kant sera à l’Athénée à partir de mardi prochain dans la mise en scène de Philippe Calvario.

Bon week-end.

PS : suite à un souci technique, beaucoup ne semblent pas avoir reçu l'article d'hier où l'on trouvait entre autres la vidéo de deux minutes qui présente la saison 2012-2013 de l'Athénée :

Si vous ne voyez qu'un carré noir, cliquez ici pour voir la vidéo sur YouTube.

Commentaire ( Votre commentaire n'apparaîtra qu'une fois validé par un administrateur.)
Alexandra Fehlauer's Gravatar Chère Clémence,

merci pour vos billets qui nous accompagnent au quotidien.

Juste un mot au sujet du titre de l'oeuvre de Fassbinder - il s'agit du "Secret de Veronika VOSS" me semble-t-il, non ?

Bien à vous.
Alexandra
# Posté par Alexandra Fehlauer | 18/05/12 11:22
BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner