Et vous, à quoi rêvez-vous?

Vendredi dernier a eu lieu le cinquième forum de discussion jeunes organisé par l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet. Autour des spectacles En attendant Godot, Les Mains sales et Les Justes, plus de quatre cents lycéens étaient invités à réfléchir à deux questions: à quel monde meilleur rêvez-vous? Et comment allez-vous le construire?

Aujourd'hui prise en charge par toute l'équipe communication et relations publiques de l'Athénée et plus particulièrement par Alexandra Maurice, chargée des relations avec le public scolaire, l’idée est venue il y a quelques années de Dorothée Burillon, alors secrétaire générale de l’Athénée : dégager des questions posées par la programmation et travailler de longue haleine avec des professeurs et intervenants pour permettre à des jeunes d’y penser pendant plusieurs mois en nourrissant leur réflexion de spectacles vus à l’Athénée.
Sur des thèmes comme les rapports entre filles et garçons, le statut des femmes, l’engagement politique ou les nègres d’aujourd’hui, il s’agit pour ces jeunes de développer une pensée tant individuelle que collective en liant le théâtre à des problématiques d’ordre politique ou social.

Cette année donc, à quel monde meilleur rêvaient nos lycéens? Grâce à leurs professeurs et à un dossier pédagogique réalisé par l’Athénée en partenariat avec la revue Philosophie magazine, le forum a pu aborder les notions d’utopie, d’altermondialisme, de révolution, d’écologie, d’engagement ou d’action politique.
Forts de leurs questions et de leurs raisonnements, nos jeunes en provenance des lycées André Malraux de Gaillon, Romain Rolland de Goussainville,  Fontenelles de Louviers, Henri Matisse à Montreuil-sous-Bois, Paul Bert, Condorcet et Jules Ferry de Paris et du lycée international de Saint-Germain-en-Laye sont venus rencontrer Daniel Cohn-Bendit, François Durpaire, Susan Georges et Bruno Rebelle pour deux heures vendredi 15 mai 2009 à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet.

Daniel Cohn-Bendit, coprésident du groupe des Verts-EFA au Parlement européen, a d’abord fait une courte introduction présentant les thèmes du débat en s’attardant sur des questions d’écologie, d’émigration, de solidarité et de respect avant de laisser la parole aux intervenants.

Bruno Rebelle est ancien directeur de Greenpeace France et aujourd’hui responsable de la coordination des actions de Greenpeace International.
Pour lui, on ne peut pas promettre un avenir meilleur. La crise écologique, l’implication d’enjeux écologiques, sociaux et politiques et le risque de l’inaction ou du repli identitaire ne devraient pas cependant empêcher le rêve collectif.
Le changement est possible, et il est reste nécessaire de trouver le rêve qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. En cela, la prise de conscience écologique est, à son sens, essentielle.

Susan George est membre du conseil scientifique d’Attac.
Elle a rappelé la différence entre altermondialisme et antimondialisme en prenant soin de préciser qu’Attac appartient à la première mouvance : il s’agirait de changer la mondialisation actuellement dominée par les banques et les entreprises, tout en rappelant qu’il ne fallait pas avoir d’illusions sur la démocratie au niveau mondial. De son point de vue, des organisations comme le Fonds Monétaire International et l’Organisation Mondiale du Commerce règnent comme des super-ministères où le citoyen n’aurait pas sa place.
Le changement est un travail de longue haleine qui, selon elle, doit respecter des principes de non-violence pour des raisons éthiques et stratégiques : elle a enfin appelé à l’union pour aller vers des progrès qui finissent par changer le monde petit à petit.

Historien, enseignant et chercheur, François Durpaire est venu aborder la question de l’homme providentiel.
Avec la victoire d’Obama, les États-Unis pourront-ils se remettre à espérer? Alors que, d’après lui, les Américains ne croyaient plus en rien, Obama est le sujet d’un culte de la personnalité qui l’aurait transformé en figure du messie. C’est l’Amérique post-raciale, c’est-à-dire qui ne pense plus en termes de races, qui aurait voté pour lui.
Son statut de sauveur ne le rendrait pas pour autant démagogique, et il pourrait au contraire s’appuyer sur sa popularité pour réformer la société nord-américaine.

Les lycéens ont ensuite pu poser leurs questions aux intervenants, provoquant ainsi un débat d’une heure et demie modéré très courtoisement par Daniel Cohn-Bendit, s’improvisant pour l’occasion professeur en gestion de micro («on ne t’entend pas, fais comme si tu étais une chanteuse!» puis, vers la fin, pour faire plus court:  «La chanteuse!!!»). Questions (et réponses) choisies:

«_ Notre société traverse une crise violente: en Grèce, aux Antilles, on a vu des jeunes être en tête de la contestation. Pourquoi en métropole les mouvements étudiants ne sont-ils pas moteurs? Aussi, pourquoi les révoltes de banlieue ne débouchent-elles pas sur des collectifs (ou autre organisations)?»
Pour François Durpaire, aucun homme politique n’a compris les émeutes de 2005. Pour lui, il s’agit d’une révolution ethnique et non sociale, liée à la ségrégation raciste qui existerait de fait en France.
Susan George interprète quant à elle les émeutiers de 2005 comme des gens demandant à ce que la démocratie fonctionne aussi pour eux.

«_ Peut-on être menacé en France par un régime totalitaire?»
Pour Bruno Rebelle, oui, sans aucun doute. Nous serions même déjà menacés par ce régime totalitaire…

«_ Est-il possible d’imaginer aujourd’hui un combat politique qui ne soit pas mené par une logique “d’idéal extrême” comme l’ultralibéralisme, le communisme, et aujourd’hui “l’ultra écologie”? »

_ Pour Bruno Rebelle, “l’ultra” implique une idéologie simple là où le monde reste extrêmement complexe : pour lui, il faut sortir de “l’anti” et croiser des faisceaux.

«_ Pourquoi une entreprise peut-elle délocaliser pour polluer ailleurs et moins cher?»
Parce que, expliquent Susan George et Bruno Rebelle, il n’existe pas de régulation, mais il peut tout de même y avoir des freins. Le consommateur a en particulier son rôle à jouer pour mesurer ce qu’il y a comme sang, comme sueur et comme pollution dans ce qu’il achète.

Aux dernières questions posées à la suite par manque de temps et demandant, en vrac: s’il n’était pas urgent de faire la révolution, si nos intervenants choisiraient la liberté, l’égalité ou la fraternité, si une troisième guerre mondiale était probable et si rêver à un monde meilleur n’était pas une démarche personnelle (est-il possible et souhaitable de rêver tous de la même chose?), nos intervenants ont proposé une réponse globale en forme de conclusion .

Susan George a réaffirmé qu’en matière de changement, il y avait urgence, et qu’il fallait rêver à haute et intelligible voix avec d’autres. Sur la révolution, elle a demandé à ce qu’on lui indique où étaient le tsar à renverser et le Palais d’Hiver à prendre, rappelant ainsi que l’adversaire n’était pas si évident à trouver…
Des trois valeurs françaises, elle choisirait la fraternité, indiquant que pour elle, la solidarité était primordiale pour réduire les inégalités, et a terminé sur la nécessité de construire un héritage pour ceux qui viendraient après nous.

François Durpaire a choisi d’insister sur l’histoire de la France qui ne fonctionnerait que par des cycles révolutionnaires, rappelant que le mot révolution signifiait aussi, presque paradoxalement, “retour sur soi-même”. Lui aussi mettrait l’accent sur la fraternité tout en rappelant l’existence du mot sororité : hé oui, les femmes sont là aussi...
Sur la probabilité d’un conflit mondial, il a indiqué que la question ne le faisait pas sourire, connaissant l’influence de la crise économique de 1929 sur le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Comme Susan George, il aimerait bien qu’on lui indique quel  est le tsar à renverser, et a enfin exhorté les jeunes à se battre pour participer à la vie publique partout où elle se trouve.

Bruno Rebelle a distingué l’urgence de la précipitation en estimant que le facteur déclenchant du changement serait la crise écologique dans ses convergences avec la crise sociale. La valeur principale reste également la solidarité pour lui, afin que nous puissions vivre ensemble et que les pays en voie de développement aient leur place. Avec la crise, il a beaucoup été question de richesse et de bien-être : pour lui, la rencontre de l’autre, la culture et l’échange sont pourtant d’autres moyens de penser le bonheur.

Daniel Cohn-Bendit a enfin conclu sur l’impossibilité de penser la société et le changement sans le respect de l’autre avant de clore le débat : enfin, de le clore officiellement, car avec Daniel Cohn-Bendit et François Durpaire en haut et Susan George et Bruno Rebelle en bas, la discussion continuait à tous les étages de l’Athénée…

 

Et vous, à quel monde meilleur rêvez-vous?
Sur ces questions de projet et d’action politiques, vous pouvez aller voir Les Mains sales
de Sartre mis en scène par Guy-Pierre Couleau actuellement à l’Athénée jusqu’au 30 mai. Bonne journée !

Commentaire ( Votre commentaire n'apparaîtra qu'une fois validé par un administrateur.)
Py's Gravatar Bonjour,

Cette initiative est très intéressante, mais il me semble que la table ronde était un peu à sens unique. Il y a une grande consanguinité intellectuelle entre les différents intervenants, et à eux tous, ils ne me semblent pas représenter plus de 15 ou 20% de l'opinion publique. Certes, comme l'ont montré les bolcheviques en Russie et d'autres ailleurs, il n'est pas nécessaire d'être majoritaire pour gagner une révolution ! Mais votre table ronde eut sans doute permis à l'auditoire une réflexion plus profonde, si elle avait inclu une ou deux personnes plus impliquées dans la réflexion et moins dans l'action partisane. Il semble que notre cerveau soit ainsi fait : il a du mal à réfléchir en profondeur quand il est déjà mobilisé par l'action !

Néanmoins je pense que c'est une bonne initiative, mais perfectible.
Salutations.
# Posté par Py | 18/05/09 10:55
Clémence's Gravatar Bonjour Monsieur Py et merci de votre commentaire.

Tout d'abord, je crois qu'il convient de rappeler que Daniel Cohn-Bendit était là en tant que modérateur du débat (et non intervenant), que François Durpaire est historien et enseignant-chercheur (donc non impliqué dans une organisation) et que Susan George, avant d'être membre du conseil scientifique d'ATTAC, possède entre autres un doctorat en sciences politiques et une licence ès philosophie...

Mais en fait, la qualité des intervenants était surtout motivée par le thème du débat : pour réfléchir à comment changer le monde, il a semblé qu'il fallait surtout des personnes impliquées dans l'action ou la réflexion sur ce changement. C'était un débat portant essentiellement sur les moyens de l'action politique et sur la possibilité de faire advenir le changement : le thème lui-même était donc tout au départ tourné vers l'action...
Les forums de discussion précédents avaient eux, souvent privilégié la réflexion, avec souvent deux intervenants "intellectuels" avec beaucoup de guillemets (sociologues, philosophes, historiens...) face à un intervenant "de l'action" avec beaucoup de guillemets également -l'un n'empêchant heureusement pas l'autre.
# Posté par Clémence | 18/05/09 11:13
guy (un spectateur intéressé)'s Gravatar Cela dit, un type qui affirme dans un lieu public devant 400 personnes que nous sommes menacés par un régime totalitaire, et ressort sans que la police l'envoie en taule est un paradoxe vivant, c'est d'ailleurs réjouissant et rassurant. Daniel Cohn Bendit a-t-il modéré?
# Posté par guy (un spectateur intéressé) | 19/05/09 07:32
Clémence's Gravatar Non, Daniel Cohn-Bendit n'a pas modéré, et il n'avait même pas l'air offusqué, c'est pour dire! :-)
Effectivement, au vu de certains événements, il est incroyable que Bruno Rebelle soit toujours parmi nous : continuons à espérer! (et vous Guy, croyez-vous en un monde meilleur?)
# Posté par Clémence | 19/05/09 10:45
guy (un spectateur intéressé)'s Gravatar Je rêve d'un monde où les écrivains ne seraient plus traduits devant les tribunaux .... Dois je y croire?
Bruno Rebelle devait faire allusion au régime qui en 1985 envoyait des militaires français plastiquer les bateaux de son O.N.G. (juste une victime)...mais nous nous égarons!
# Posté par guy (un spectateur intéressé) | 21/05/09 18:37
coco13's Gravatar Ils sont assez fielleux, ces commentaires ! Comment ne pas voir la dérive de notre société (capitaliste, faut-il le rappeler) vers une nouvelle forme de totalitarisme : ne vient-on pas de "libérer" un innocent (jusqu'à preuve du contraire, mais les preuves tardent vraiment à s'étayer et à être rendues publiques) après 6 mois de détention arbitraire ? Où donc est le terroriste dans cette affaire ? Ne voit-on pas la presse (dite libre) s'auto-museler, prouvant ainsi qu'elle a perdu son indépendance (ce qui est pourtant beaucoup plus important que sa liberté) ? N'assiste-t-on pas, impuissants que nous sommes, à une autorité de l'Etat sourde aux souffrances de son peuple, écoutant la seule voie de sa déraisonnable ambition, protégeant et renforçant les pouvoirs des puissants et des riches, et affichant le plus vil mépris pour les classes subalternes ? Ce nouveau totalitarisme est beaucoup plus insidieux que la brutalité des régimes fascistes ou soviétiques qui ne sont plus que de vieilles caricatures d'une monde manichéen. Si un tsar n'existe effectivement pas, les "200 familles" qui gouvernent le monde sont bien réelles et s'auto-distribuent les conseils d'administration des entreprises supra-nationales qui imposent leur diktat ! Faut-il rappeler que les gouvenrnements sont aux ordres de leur monde ? Et qu'ils savent encore censurer lorsque la parole les dérange trop (voir par exemple, le spectacle "47", interdit par l'Etat français en 2008, qui relatait les massacres coloniaux à Madagascar).
# Posté par coco13 | 29/05/09 09:41
Clémence's Gravatar Bonjour Coco13,
Merci pour votre commentaire qui, je dois dire, résume assez bien mes interrogations... Je crois toutefois que vous vous méprenez sur le sens du message de Guy qui, sous un ton humoristique, nous rappelait qu'il est parfois risqué de tenir certains propos en public! De même pour le message de Py que je n'ai pas trouvé très agressif :-)
Certes, nous sommes encore bien loin d'un régime à la cubaine (ou, plus près de chez nous et bien méconnu, à la moldave) : mais il me semble également qu'un contrôle très insidieux s'installe un peu...
# Posté par Clémence | 02/06/09 10:56
guy's Gravatar Mais non ma chère Clémence, désolé, il n'y avait rien d'humoristique dans mon commentaire!
Nous vivions dans un régime libre et bien plus qu'il y a 40 ou 20 ans. C'est notre niveau d'exigence qui s'est élevé. Tant mieux si cela nous rend vigilant face aux dérives des surveillances technologiques, à l'emploi abusif de la détention préventive, etc.... Si cela nous amène à comparer notre situation à celle de personnes qui ont éprouvé dans leur chair la tyrannie, ou qui continuent à la subir partout dans le monde, je trouve cela indécent.
Cela dit sans vouloir convaincre personne, à un tel point que je suis persuadé que d'autres enjeux se cachent derrière la confrontations des évidences.
# Posté par guy | 02/06/09 23:01
Jean Van Hée's Gravatar Oh, oh ! de la rébellion ? Cela me rappelle "Le tribun"... et ma tentative d'aborder le sujet de ce billet.

C'est la fin de la saison qui vous rend actifs ?

Pour ma part, je reviens de l'Athénée pour ma dernière soirée de cette saison. Comme je ne sais pas si le blog continue pendant quelques semaines, et en septembre, je vous souhaite à tous un bon été et de bons spectacles dans les salles ouverts durant cette période (le privé en général).

En espérant que le mode opératoire du blog évolue pendant l'été pour faciliter les échanges interactifs (ou presque) : tiens par exemple, donner son avis sur les sujets traités par les spectacles...

Questions que j'ai posé à l'accueil sans trop insister car la réponse a été plutôt floue : que fait l'équipe de l'Athénée en juin, juillet et septembre en attendant la reprise de la programmation ? que fait l'équipe technique notamment ? ils partent dans les festivals de l'été ? la costumière prend de l'avance sur les spectacles futures ? la salle est non utilisée pendant 4 mois ? Merci.
# Posté par Jean Van Hée | 04/06/09 00:13
Clémence's Gravatar Cher Guy,
Pardon pour la mauvaise interprétation de votre premier commentaire... Je suis d'accord avec vous pour ne pas comparer la France à d'autres pays où la situation est tragique, comme la Moldavie et Cuba, que je citais plus haut, ou la Chine, la Corée du nord, l'Ouganda, le Zimbabwé... Je crois en effet qu'il convient mieux, comme je le disais en filigrane, de parler de dérive, ou de risque totalitaire pour la France.
Quant à dire que la situation est plus saine qu'il y a 30 ans, je ne sais pas si je serais aussi optimiste : la collusion entre hommes d'états, homme d'affaires et médias me semble particulièrement flagrante actuellement par exemple, tout comme les garde à vues abusives par exemple, sans parler des avancées technologiques qui permettent malheureusement une surveillance accrue...
Je pense enfin à toutes les choses que l'on ne sait pas ou peu : saviez-vous par exemple que, d'après l'association AIDES, un projet de loi serait en cours pour briser l'anonymat des centres de dépistage du SIDA et des hépatites, ce qui pourrait être un moyen de ficher les personnes séropositives?
Cela dit sans aucun parti pris politicien, car non seulement les dérives peuvent venir d'autre part que du gouvernement (les médias, certaines entreprises, certains sites internet bien connus) , mais en plus on pourrait parler longtemps de certains modes opératoires pratiqués sous les deux mandats Mitterrand par exemple...

Cher Jean Van Hée,
Enfin, vous revoilà! Nous nous inquiétions justement de votre disparition des commentaires de ce blog! Puisque vous avez parlé à l'équipe de billetterie, j'en ai profité pour leur demander à quoi vous ressembliez : et je crains fort que nous ayons été placés l'un à côté de l'autre hier soir sans le savoir, et que nous ayons même échangé quelques mots sans connaître notre identité respective!
Sur la "rébellion" et les échanges interactifs dont vous parlez, en fait ce qui pose problème sur le blog restent les débats sur les enjeux artistiques des spectacles : en d'autres termes, la critique des pièces vues à l'Athénée ou ailleurs, qu'elle soit positive ou négative, est difficile, car je ne suis pas bien placée pour modérer un débat sur des spectacles dont j'ai suivi les artistes et les répétitions, et qu'héberger sa propre critique en son sein est problématique pour l'Athénée. À ce niveau-là, les choses ne changeront donc sans doute pas l'année prochaine sur le blog.
En revanche, avez-vous reçu la brochure de la saison prochaine? Parce que l'Athénée a devancé vos désirs d'interactivité en proposant de nombreuses rencontres avec les artistes : avant le spectacle ou après, et en vrai ou sur internet par le biais du tchat! J'espère vous y voir!
Pour répondre précisément à votre dernière question (par exemple je ne sais plus si l'Athénée ferme complètement en août ou non), je me renseigne auprès de l'équipe et je reviens vous dire!
# Posté par Clémence | 04/06/09 13:54
Jean Van Hée's Gravatar C'est gentil de s'inquiéter de mon devenir.

Quoi ?? (je m'étrangle), la demoiselle sage à ma droite était vous ? avec les lunettes ? Pas possible, j'ai cru lire que vous vous habillez de couleurs vives. Ce n'était pas le cas hier soir avec vos lunettes noires. A moins que vous n'étiez à ma gauche (une petite vieille avec son mari qui se sont recentrés pour avoir plus de visibilité sur le spectacle).

Quand je parlais de rebellion et de ce que cela me rappellait, il s'agissait de la plaquette du Tribun où on parlait de Berlusconi en "dictateur" comme Poutine mais en oubliant un peu notre petit homme (ceci dit pour éviter la police). J'en avais fait la remarque.

Par ailleurs, je n'ai pas parlé de "la critique des pièces vues à l'Athénée ou ailleurs, qu'elle soit positive ou négative, est difficile", j'ai simplement dit "donner son avis sur les sujets traités par les spectacles". Je reconnais là mon coté machiavélique car en lisant rapidement la phrase cela donne effectivement "donner son avis sur ... les spectacles".

J'ai reçu la bruchure de l'Odéon, de l'Opéra comique mais pas la votre ! Quant à ma question, ce n'est pas tant sur le mois d'août où j'ai compris que tout le monde était en vacances, mais plutôt sur juin, juillet et septembre. Il n'y a plus de décors à monter, plus d'accueil ou de vente de billets alors vous en profiter pour prendre de l'avance sur la fabrication des décors, des costumes, sur les relations avec les écoles... ?

Pour ma part, j'ai dit au revoir aux étudiants en salopette en espérant les revoir en octobre.

Et le blog, il part en vacances dès ce vendredi ?
# Posté par Jean Van Hée | 04/06/09 23:35
Clémence's Gravatar Tssssss, "sage demoiselle".... Je portais peut-être un chemisier noir, mais ma jupe était turquoise et mes lunettes sont rouges, mon cher!

Donner son avis sur les sujets traités par les spectacles est tout-à-fait possible! D'ailleurs il me semble vous avoir répondu sur cette question du programme du Tribun/finale...

Pour la brochure, j'ai cru comprendre dans l'un de vos commentaires plus récents que vous l'aviez finalement reçue?

Concernant l'activité du personnel de l'Athénée pendant l'été : le théâtre est fermé pendant tout le mois d'août, et il y a fort à faire pendant le mois de juillet!
- Faire le bilan de la saison passée : billetterie, actions pédagogiques, communication, relations avec les artistes, communication, et même le blog!...
- préparer la saison prochaine : prévoir la venue des spectacles (contrats, montage technique, budgets, embauche des intermittents, plannings, droits d'auteur...), mettre en place le nouveau site internet, créer les nouvelles affiches, préparer le tchat, prévoir la venue de groupes, d'associations, d'étudiants ou d'élèves, commencer à solliciter le public pour l'achat de places, prendre en charge les dits achats de places et les abonnements...
- assurer l'entretien du théâtre (maintenance technique, ménage, changements d'ampoule, de projecteurs, vérifications diverses en matière de technique et de sécurité, etc.)
J'en oublie sans doute, mais voyez que les gens de l'Athénée continuent à être bien occupés!

Quant au blog, il part en vacances le vendredi 26 juin!

À bientôt sur le blog ou à l'Athénée.
# Posté par Clémence | 15/06/09 11:16
BlogCFC was created by Raymond Camden. This blog is running version 5.9.002. Contact Blog Owner