le blog de l'athénée

Ils bloguent pour l'Athénée
Pleins feux

Soyez bon et le monde changera en bien

Posté le : 07 janv. 2011 07:07 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Phi-Phi

Phi-Phi, l'opérette actuellement à l'Athénée, raconte l'histoire du sculpteur Phidias à qui l'on passe commande d'une statue sur le thème : "l'Amour et la Vertu fondent le bonheur domestique". Le personnage d'Ardimédon sera chargé de personnifier l'Amour, Aspasie représentera la vertu.

Dans sa mise en scène, Johanny Bert a prêté à la marionnette d'Ardimédon un grand corps d'homme musclé taillé en V, tandis qu'Aspasie arbore une poitrine généreuse et une taille de guêpe.
Dans l'entretien que j'ai eu avec Johanny Bert, je lui posais justement cette question de la représentation de la vertu, ce à quoi il a répondu par une autre question : qu'est-ce que la vertu ?

Bonne question.

Il semblerait que le mot "vertu" provienne du latin "virtus" qui, d'après le dictionnaire latin-français Gaffiot, signifie : "qualités qui font la valeur de l'homme, moralement et physiquement". Un autre dictionnaire précise qu'il s'agit de la « force virile, de vir, "homme" » (détail amusant lorsqu'on voit que la notion de "vertu" s'applique souvent aux femmes, ou en tout cas de manière particulière, comme on va le voir plus bas).


Le dictionnaire Trésor de la Langue Française donne plusieurs définitions de la vertu :

- Courage physique ou moral

- Disposition habituelle, comportement permanent, force avec laquelle l'individu se porte volontairement vers le bien, vers son devoir, se conforme à un idéal moral, religieux, en dépit des obstacles qu'il rencontre

- Retenue, chasteté, fidélité conjugale
Enfin, cela concerne surtout les femmes, d'après l'exemple cité en illustration, à savoir Louis Ménard dans Rêveries d'un païen mystique : "la chasteté, pour la femme, est synonyme de vertu, comme pour l'homme la justice et le courage, car le milieu de l'homme est la cité, le milieu de la femme est la famille".
Ce qui est confirmé par l'emploi des expressions développées ensuite dans l'article, telles que "femmes de petite vertu" ou "une vertu" qui signifie "femme qui constitue un modèle de chasteté, de fidélité amoureuse"

- Propriété d'un corps, de quelque chose à quoi on attribue des effets positifs. Exemple : les vertus d'une plante, les vertus d'un dialogue.

- En vertu de  : par le pouvoir de. Exemple : "en vertu des pouvoirs qui me sont conférés".

L'on se rapproche ainsi du sujet de Phi-Phi , comme l'expliquait le musicologue Philippe Cathé dans sa présentation du spectacle avant-hier à l'Athénée (voir ici pour un compte-rendu), souffle un vent de libération des mœurs, en particulier féminines.

En philosophie, la notion de vertu est assez éloignée des questions de mœurs et de la morale puritaine. On pourrait consacrer plusieurs livres à la question, mais voici quelques repères brefs (en toute modestie).

Chez Platon, puis dans l'épicurisme et le stoïcisme, les vertus sont des dispositions qui concourent à une vie bonne. Les vertus cardinales (ou vertus fondamentales pour construire la perfection morale) sont la sagesse, la tempérance, la prudence et la justice.
En ce sens, une vie bonne est aussi une vie heureuse, et la vertu est liée au bonheur.
Spinoza s'inscrit dans cette filiation en définissant la vertu comme ce qui nous pousse à agir conformément à la raison, mais Kant introduit une nuance en la dissociant du bonheur : la vertu ferait partie de la force de la volonté mais, dans le sens où elle pousserait à agir contre les penchants de la sensibilité, pourrait ne pas conduire à une vie heureuse.

Chez Aristote, le sens de "vertu" est différent mais se rapproche finalement du sens que développera ensuite Spinoza : c'est la qualité qui accomplit la nature d'un être. La vertu d'un cheval serait de bien courir, tandis que celle de l'homme serait d'agir sous la conduite de la raison.

Dans Phi-Phi, les femmes sont autant de petites vertus que les hommes, et chacun semble agir selon les penchants de sa sensibilité pour accéder au bonheur dans la bonne humeur, car les deux vertus principales de l'opérette sont sans doute son caractère corrosif et son pouvoir de faire rire.

En conclusion, comme le disait un graffiti aperçu sur un mur lyonnais il y a quelques mois, "soyez bon et le monde changera en bien".

Phi-Phi se joue jusqu'à dimanche ! Bon week-end.

Commentaires

Nouveau