le blog de l'athénée

Ils bloguent pour l'Athénée
D'hier à aujourd'hui

Mélancolique dans la victoire

Posté le : 31 janv. 2018 05:00 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : la cantatrice chauve | + d'infos sur athenee-theatre.com

La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco mise en scène par Jean-Luc Lagarce se joue à l’Athénée jusqu’à samedi. Déjà jouée à l’Athénée en 2006, 2009 et maintenant 2018, elle avait été créée au Théâtre municipal de Montbéliard en 1991, avant une tournée à Dole, Pontarlier, Dijon, Lons-le-Saunier, Vesoul et Besançon.
Dans son livre sur Jean-Luc Lagarce, Jean-Pierre Thibaudat raconte que Jean-Luc Lagarce s'intéressait déjà à la pièce quand sa compagnie était encore amateur.

En 1979, il écrit même dans une lettre qu’il compte se lancer « dans la mise en scène délirante de La Cantatrice chauve de M. Eugène Ionesco (de l’Académie française, ce qui n’est pas sans intérêt) »

Le projet ne peut être mené cependant, Ionesco ayant accordé l’exclusivité des droits sur la pièce au Théâtre de la Huchette à Paris, où le spectacle se jouait depuis 1967. Jean-Pierre Thibaudat relate d’ailleurs que Jean-Luc Lagarce avait même pensé à « écrire un texte sur les acteurs du théâtre de la Huchette qui jouaient cette pièce depuis des lustres ».

En 1991, Jean-Luc Lagarce obtient le droit de jouer La Cantatrice chauve en France, sauf à Paris.

Dans son Journal
, on lit ça et là des mentions de la pièce, sans autre détail que « travail sur Ionesco » ou « Préparation de La Cantatrice chauve ».

On commence à en lire davantage à l’automne, un mois avant la première :

« Mercredi 30 octobre 1991
Paris. Le Père Tranquille. 10 h 30.
Répétitions de La Cantatrice chauve. Pièce difficile. On verra. Bon travail mais je n’arrive pas à percer la carapace. Beau décor de Laurent Peduzzi.
(…)
Par contre, ce que j’oublie de dire à propos de La Cantatrice, c’est que c’est déjà complètement plein. Totalement. Des représentations supplémentaires à Besançon, à Dijon et plus une place à vendre avant la première. »

« Mercredi 13 novembre 1991
Depuis hier dans le décor de La Cantatrice chauve avec tout le monde. Première le 19.
Beau, très beau décor de Laurent Peduzzi et le spectacle prend bonne tournure. » 

« Mercredi 20 novembre 1991
Montbéliard. 19 heures.
Première, hier, de La Cantatrice. Salle plus qu’archi-pleine, jusqu’au poulailler – et toutes les dates de la tournée sont pleines ; on vend les marches à Besançon, à Dijon – et surtout, hier, énorme succès. Des rappels et un véritable bonheur de succès.

Je serai toujours mélancolique dans la victoire, c’est tout. »

 
(c) Christian Berthelot

 
 
« Lundi 2 décembre 1991
Dijon. 15 heures.
À Besançon, nous avons joué une semaine –dont une supplémentaire- avec des gens sur les marches, sur des chaises rajoutées et avec des rappels, un triomphe. Ce soir, la salle debout.
Cela ne m’est jamais arrivé (et ne m’arrivera jamais à nouveau).
Ici, au Centre Dramatique de Dijon, c’est plein, archi-plein, pour la semaine (avec deux supplémentaires).
Voilà. »

« Dimanche 23 février 1992
Paris. Chez moi. 23 h 35
Cote professionnelle à nouveau très haute à cause du succès de La Cantatrice. Assez indifférent, malheureusement. (On aurait adoré ça il y a cinq ou six ans). »


Plus tard, Jean-Luc Lagarce expliquera au metteur en scène Jean-Michel Potiron : « j’ai réalisé des spectacles burlesques, presque débiles, qui traitaient du sujet du théâtre lui-même. J’aurais monté le Bottin, le résultat aurait été le même (cette remarque m’a d’ailleurs été faite). Je faisais des démonstrations par A+ B. La Cantatrice chauve par exemple était un spectacle qui disait “je sais faire quelque chose, cette chose s’appelle le théâtre”. Et je faisais du théâtre tous les deux centimètres carrés. Cela ne parlait que de théâtre. La représentation disait : “je suis une représentation de théâtre.” Le décor disait “je suis un décor”. J’ai répété La Cantatrice chauve comme on réalise un manuel de mise en scène. Les répétitions ont d’ailleurs été sublimes. »


Vous avez jusqu’à samedi soir pour voir La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco mise en scène par Jean-Luc Lagarce. En cette période de crue de la Seine, je vous envoie pour compenser une photo de neige de l’endroit où je me trouve !

 
 
 
Bonne journée.
 
Clémence Hérout
 
 
 
Références : Le Roman de Jean-Luc Lagarce, Jean-Pierre Thibaudat, Éditions Les solitaires intempestifs, Besançon, 2007.
Journal 1990-1995, Jean-Luc Lagarce, Éditions les solitaires intempestifs, Besançon, 2008

Commentaires

Nouveau