le blog de l'athénée

Ils bloguent pour l'Athénée
Entretien

Interview bidon

Posté le : 04 janv. 2011 09:48 | Posté par : Clémence Hérout
Catégorie : Phi-Phi

Phi-Phi, l'opérette actuellement jouée à l'Athénée, met en scène Phidias, un sculpteur grec qui a vraiment existé (voir une courte biographie ici) entouré de Périclès et d'Aspasie, qui ont vraiment existé aussi (leur courte biographie est ).

Que penseraient les véritables Phidias, Périclès et Aspasie de Phi-Phi ? Petite conversation avec les intéressés depuis leur tombe où ils se retournaient :

« — Quelle est la part de vérité dans Phi-Phi ?
Périclès : — Écoutez, Clémence du blog de l'Athénée, de vous à moi, cette histoire est totalement abracadabrantesque ! Je ne grince pas en marchant et j'ai toujours détesté les épaulettes.
Aspasie : — C'est sûr qu'en termes plastiques, ma silhouette est très proche de celle proposée dans la marionnette qui me représente : de ce point de vue, c'est très réussi. Je conteste cependant le libertinage qui m'est prêté : je n'ai jamais aimé que Périclès ! Enfin, la plupart du temps.
Phidias : — C'est un tissu de mensonges de bout en bout !!! Le fait que la Vénus de Milo n'ait pas de bras n'est absolument pas le résultat d'un accident mais bien celui d'une idée novatrice née dans mon cerveau d'artiste génial ! Qui a intérêt à dissimuler mon influence déterminante sur le surréalisme ? Encore un complot des béotiens, des Spartiates et des Texans ! Et parlons-en, de cette marionnette ! Je n'ai jamais eu de bide, vous m'entendez? Jamais !

— Mais tout de même, Monsieur Phidias, vous avez bien été marié, n'est-ce pas ?
— Cela ne vous regarde pas ! Dans tous les cas, elle ne m'aurait jamais trompé, et surtout pas avec cet impertinent de Comédon !

— Non, Ardimédon…
— C'est pareil ! Ce n'est qu'une vulgaire et insolente excroissance que j'aurais eu vite fait de chasser avec mes dix doigts !

— Monsieur Périclès, vous êtes un tel amoureux des arts que vous n'avez pas hésité à dépenser des sommes importantes pour favoriser la vie artistique de votre temps…

— C'est une excellente question, et je vous remercie de me l'avoir posée. Vous savez, Mademoiselle Clémence du blog de l'Athénée, je n'aime pas les contre-vérités. Je suis comme vous, j'aime qu'on parle franchement : si la Grèce d'en bas a été choquée par certaines de mes dépenses, c'est sans doute parce que je n'ai pas assez expliqué mes réformes ; je saurai désormais faire preuve de pédagogie. Franchement, Mademoiselle Clémence du blog de l'Athénée, de vous à moi, n'êtes-vous pas d'accord pour donner à la Grèce antique l'éclat qu'elle mérite ? Je ne trouve pas normal que l'on critique le Parthénon et les sculptures chryséléphantines, et je veux que cela cesse : je saurai à cet égard faire preuve de toute la bravitude qui me caractérise.

— Qu'aimeriez-vous dire à Monsieur Phidias, à qui vous disputez Aspasie dans Phi-Phi?
— Casse-toi, pauv'con !

— Madame Aspasie, votre rôle essentiel dans la vie intellectuelle athénienne n'est pas vraiment mis en avant dans Phi-Phi
— Eh oui camarade, comme d'habitude, on préfère que les femmes montrent leur corps plutôt que leurs capacités intellectuelles! Qu'importe, je préfère accéder à la sagesse qu'à la célébrité. Bon, c'est vrai que je suis sacrément canon aussi, alors je comprends qu'on en parle…

— Qu'aimeriez-vous dire aux spectateurs de Phi-Phi ?

— Que je cherche de nouveaux admirateurs fortunés pour élargir ma garde-robe. Les dons pécuniaires sont les bienvenus en loge n°4. »

Phi-Phi se joue jusqu'à dimanche ! Bon mardi.



Merci à LM et IS pour l'idée de l'interview-bidon et à JD pour les idées rhétoriques.

Commentaires

Nouveau